À propos

Le fil d’une vie

Une tête bien faite, qui réfléchit tout le temps, a conduit Isabelle Hautefeuille dans l’atelier de son Maître, Geneviève Dupeux, fondatrice de  l’ANAT, Atelier National d’Art Textile, avec un bref détour par la rigueur des Gobelins et une escapade dans les couleurs de l’île de la Martinique.

Plus tard, il y a deux enfants, une rencontre et, quand il est encore temps de revenir sur ses pas, il y a l’approfondissement des choses par une maîtrise en histoire de l’art… un  mémoire remarqué, une histoire de tissus très anciens, de bordures de vêtements entre le Tigre et l’Euphrate.

Depuis les années 2000, il y a l’atelier qui s’est construit, moments solitaires après moments partagés et ainsi de suite. Elle y fait tout elle même. Montage du website, couture en complétude, diversification, connaissance des matières… Apprendre, encore apprendre… lui donne les clés du monde.

« Le tissage m’a sauvée. » C’est elle, l’ouvrière à son métier comme elle dit, qui le dit.  Oui, ses mains armées de longs doigts costauds qu’elle articule en vue du geste juste, se sont pliés aux contraintes du fil qui se tisse et cale l’esprit. Le fil de la vie n’a pas quitté ses doigts. En toute humilité. Elle a tissé, elle tisse, Isabelle Hautefeuille transmet, elle continuera à tisser jusqu’au bout de la nuit, berceau de sa créativité.

Salvia